Dépendance au jeu

Guide d’aide sur la dépendance au jeu au Canada

Quand on grandit au Canada, on nous parle surtout de drogues et d’alcool, de sexe non protégé et d’autres vices, mais pas de la dépendance au jeu, bien qu’elle soit l’une des plus destructrices lorsqu’il s’agit de bien-être financier et mental. Les gens peuvent devenir dépendants à des comportements tels que le jeu, connus sous le nom d’addictions aux processus. Si vous ou un de vos proches êtes aux prises avec une dépendance au jeu, vous pouvez trouver de l’aide pour ce problème auprès d’un centre de réhabilitation. Dans cet article, nous allons discuter en détail de la nature de ce type de dépendance, et fournir également quelques informations sur la dépendance et le traitement. Une fois l’article terminé, vous serez mieux à même de savoir où et comment vous pouvez trouver de l’aide pour ce problème.

L’addiction au jeu n’est un problème que pour 3 % des Canadiens. Ce pourcentage ne semble pas très élevé, mais il représente environ un million de personnes qui en font régulièrement trop avec leurs paris. Cela n’inclut pas le nombre croissant de mineurs qui présentent également des symptômes et des signes de dépendance au jeu. Les 97 % de Canadiens adultes restants qui s’adonnent aux paris le font de manière responsable. Pour eux, placer un pari n’est rien d’autre qu’un divertissement inoffensif.

De plus en plus de personnes présentent des symptômes d’addiction au jeu. Les jeux de casino en ligne sont aujourd’hui disponibles à tout moment, y compris sur les appareils mobiles. L’équipe de CasinoValley connaît l’importance du pari responsable. Elle est bien consciente des conséquences considérables d’un comportement de pari irresponsable. Les experts de CasinoValley ont recueilli de nombreuses informations utiles sur le sujet et ils souhaitent vous les transmettre. Ils proposent également des solutions au problème.

Qu’est-ce que l’addiction au jeu ?

What is Gambling Addiction

Une personne qui lutte contre une dépendance à un comportement, comme un joueur à problèmes, est en train de vivre ce que l’on appelle une dépendance à un processus. Les dépendances de processus surviennent lorsqu’un individu est si épris d’un comportement qu’il est incapable de s’empêcher de participer à ce comportement, malgré l’apparition de problèmes.

Le comportement de jeu addictif est assez courant. Le jeu est légal, et il n’existe pas de réglementation sur le montant qu’une personne peut jouer. De nombreuses personnes commencent à jouer dans l’espoir d’avoir la chance de subvenir à leurs besoins ou à ceux de leur famille avec un peu d’argent supplémentaire, pour se rendre compte ensuite qu’elles deviennent dépendantes de ce processus.

Causes et facteurs de risque de l’addiction au jeu

Tout le monde n’est pas enclin à devenir un joueur à problèmes. Certains facteurs peuvent rendre une personne plus ou moins susceptible de développer un problème de jeu.

La chose la plus importante à reconnaître est qu’il n’y a pas une seule cause spécifique qui puisse conduire quelqu’un sur le chemin de la dépendance. Tout comme de nombreux facteurs peuvent influencer le développement d’une maladie comme le cancer, de nombreux facteurs peuvent contribuer au développement d’une dépendance.

Comme vous pouvez le voir, il existe un grand nombre de facteurs qui peuvent amener une personne à développer une dépendance au jeu.

On pense généralement que ce type d’addiction est le résultat d’une variété de problèmes émotionnels et biologiques, de processus de pensée, d’habitudes et de facteurs environnementaux. Il s’agit là de certains des facteurs de risque les plus courants qui peuvent conduire une personne à devenir un joueur à problèmes.

  • Les personnes aux prises avec une dépendance à des drogues comme l’alcool, la cocaïne ou les benzodiazépines peuvent être plus susceptibles de devenir des joueurs à problèmes. Ces drogues sont connues pour réduire les inhibitions d’une personne, et peuvent la rendre plus susceptible de jouer son argent.
  • Les personnes ayant des problèmes financiers sont généralement plus susceptibles de développer des problèmes de jeu. La possibilité de gagner de grosses sommes d’argent est attrayante pour beaucoup, et peut conduire les gens sur la voie du jeu addictif.
  • Les personnes qui recherchent la nouveauté ou de petites poussées d’adrénaline sont plus susceptibles de jouer.
  • Les personnes vivant dans des zones où les établissements de jeu sont facilement accessibles, comme à Las Vegas, sont plus susceptibles de développer une habitude.
  • Les personnes qui ont récemment vécu une situation émotionnellement traumatisante, comme un divorce ou le décès d’un proche, peuvent être plus enclines à se tourner vers le jeu.
  • Les personnes qui souffrent de schizophrénie, de troubles de l’humeur ou qui présentent des problèmes de personnalité antisociaux sont plus susceptibles de développer une dépendance au jeu.
  • Il a été prouvé que les personnes qui utilisent des médicaments pour aider à gérer les symptômes de la maladie de Parkinson sont plus susceptibles de développer une dépendance impulsive. Cela est dû en partie à la façon dont ces médicaments interagissent avec le système de dopamine du cerveau, que nous expliquerons en détail ci-dessous.
  • Un exemple où l’addiction au jeu peut être le résultat d’une affection particulière est celui des patients souffrant de troubles bipolaires. Certains patients atteints de troubles bipolaires peuvent constater qu’ils sont plus enclins à dépenser de façon impulsive, à jouer et à adopter des comportements désinhibés lorsqu’ils traversent leurs phases maniaques.

Symptômes et signes de l’addiction au jeu

Si vous n’êtes pas certain que vous ou un de vos proches êtes réellement un joueur à problèmes, il peut être utile de comprendre certains des signes et symptômes les plus courants du problème. Voici quelques-uns des signes les plus courants de la dépendance au jeu :

  • Dépenser plus d’argent au jeu qu’on n’en a l’intention, avoir des sommes importantes de dépenses non justifiées, contracter des prêts ou emprunter de l’argent à des amis ou à la famille pour jouer
  • Sentir le besoin d’augmenter la taille des paris ou d’obtenir plus d’argent pour maintenir le même niveau de plaisir du jeu
  • Commettre des actes illégaux, tels que le vol, pour obtenir de l’argent pour jouer
  • Ne pas réduire la quantité de jeu, ou devenir irritable ou mal à l’aise lorsqu’on lui demande ou tente de demander de l’aide pour sa dépendance au jeu
  • Utiliser le jeu comme exutoire pour éviter de traiter des problèmes émotionnels
  • Être préoccupé par le jeu : passer beaucoup de temps à fantasmer sur ses gains passés ou à diaboliser ses pertes passées ; prévoir quand vous pourrez jouer à l’avenir, ou organiser vos finances pour vous assurer que vous avez les fonds nécessaires pour pouvoir jouer
  • Absence du travail, de la vie sociale ou de la famille à cause du jeu
  • Ne pas pouvoir s’arrêter de jouer tant que l’on n’a pas d’argent ou que l’établissement de jeu ne ferme pas
  • Penser fréquemment aux jeux de hasard et manquer des activités pour pouvoir jouer
  • Mentir sur le montant que l’on joue ou sur le temps qu’on passe à jouer

Comme vous pouvez le voir, un problème de jeu peut être très grave et peut entraîner des problèmes dans la vie sociale et personnelle d’un individu. Si vous présentez les signes d’une dépendance au jeu, vous devriez envisager de suivre un traitement.

Complications du jeu problématique

Le jeu lui-même n’est généralement pas le seul problème. Le jeu compulsif peut entraîner un certain nombre de complications dans la vie et la santé de la personne concernée. Tant les familles du toxicomane que le toxicomane lui-même connaîtront probablement des difficultés dans leur vie si le problème n’est pas traité.

Il s’agit là de certains des problèmes les plus courants associés à la dépendance au jeu.

  • Financial problems. A large number of habitual gamblers experience serious financial problems at some point during their addiction. These problems can range from huge debts to outright poverty or going bankrupt.
  • Legal issues. Not all gamblers experience legal issues, but some gamblers may be incensed to commit illegal acts, such as stealing, to finance their habit. This can lead to legal repercussions which can adversely affect the gambler and their family.
  • Physical health problems. Compulsive gambling can lead to high levels of stress, which can manifest in the body as a variety of physical health problems. Many gambling addicts struggle with stress-related illnesses like ulcers, headaches, digestive issues, or sleeping problems.
  • Family problems. Many gambling addiction stories are told not by the gamblers themselves, but by their family members. People who live in the same family as someone who is addicted to gambling are more likely to be subjected to violence or verbal abuse; children born to these habitual gamblers are more likely to develop mental health problems like depression or drug problems.

Unfortunately, the nature of these problems can compound as stress, depression, or anxiety, which can make it more difficult for someone to figure out how to stop gambling addiction.

Placing Bets Affects Your Brain and Your Mental Health

Most people know that drugs and alcohol affect the brain. But, did you know that placing wagers similarly affects the brain? Brain imaging and neurochemical testing prove that wagering activity stimulates a person’s brain reward system. Studies found that blood flow in areas of the brain changed when compulsive bettors were exposed to wagering-themed videos or simulated casino games. Researchers discovered that the brains of cocaine addicts responded in the same way when confronted with videos depicting cocaine use.

Gambling addiction is classified as compulsive behavior which makes it a form of mental illness. Those who suffer from this insidious affliction continue to gamble despite being fully aware of the negative consequences. As is the case with substance abuse, gambling addiction can lead to a variety of other issues such as poverty, depression, and even suicide. Many problem gamblers also abuse drugs and/or alcohol.

La biologie de l’addiction au jeu

Toutes les dépendances ont un aspect biologique, et le jeu n’est pas différent. De telles dépendances provoquent des changements dans le cerveau que l’on peut observer. Comprendre comment ces processus affectent le cerveau peut être utile pour le traitement de la dépendance au jeu.

Le principal coupable, dans ce cas, est la dopamine. La dopamine est un neurotransmetteur (une substance chimique présente dans notre cerveau) qui intervient dans les sentiments de plaisir, de récompense et de motivation. Naturellement, la dopamine est libérée lorsque nous accomplissons quelque chose qui est bénéfique pour notre longévité et notre survie : après avoir eu des relations sexuelles, avoir suivi un programme d’exercice, avoir mangé un repas sain ou d’autres choses similaires.

Dans le monde dans lequel nous vivons, notre longévité et notre survie sont souvent régies par notre situation financière. Nous avons besoin d’argent pour nous habiller et nous nourrir, pour entretenir notre maison et pour prendre soin de notre famille. C’est pourquoi le cerveau est programmé pour libérer une énorme quantité de dopamine lorsque nous avons la possibilité d’obtenir de grosses sommes d’argent, par exemple lors d’une séance de jeu.

La libération de dopamine qui se produit lors d’une séance de jeu se produit dans une partie du cerveau connue sous le nom de voie de récompense. Malheureusement, l’activation constante de cette voie – comme ce qui se passe lorsqu’on joue de façon compulsive – entraîne une insensibilité à la dopamine, l’un des signes les plus sournois de la dépendance au jeu.

the biology of gambling addiction

Cela signifie que les gens ont tendance à avoir besoin de plus en plus de stimulation pour libérer la même quantité de dopamine et recevoir la même quantité de plaisir qu’ils ressentaient au départ lorsqu’ils ont gagné un pari. Cela se produit à peu près de la même manière qu’un toxicomane a besoin de doses de plus en plus élevées de la drogue de son choix pour éprouver le même plaisir.

C’est également l’une des raisons pour lesquelles tout le monde ne comprend pas comment mettre fin à la dépendance au jeu. Il ne s’agit pas simplement d'”arrêter de jouer”.  Lorsqu’une personne joue de plus en plus, son cerveau devient dépendant du risque et de la récompense du jeu pour libérer ses substances chimiques de plaisir. Cela signifie que lorsqu’une personne est incapable de jouer, elle sera physiquement incapable de produire la dopamine dont elle a besoin pour se sentir bien.

C’est la principale raison pour laquelle les gens traversent une période psychologique de “sevrage du jeu”. Reconstruire et rétablir le système de dopamine peut prendre des semaines, des mois ou des années, et pendant cette période, il peut être extrêmement tentant pour une personne de retourner au casino. C’est l’une des raisons les plus importantes pour demander de l’aide en cas de dépendance au jeu.

Comment mettre fin à l’addiction au jeu en s’aidant soi-même

Si vous vous demandez comment mettre fin à votre dépendance au jeu par vous-même, il est certainement possible de le faire si vous suivez ces étapes :

  1. Veillez à limiter votre accès aux jeux de hasard. Cela peut impliquer de déménager dans un État ou une ville où il n’y a pas d’établissements de jeu, ou de demander à un ami ou à un membre de votre famille de vous garder “enfermé” pendant que vous travaillez sur le problème.
  2. Identifiez les déclencheurs psychologiques ou émotionnels qui vous ont amené à développer la dépendance au jeu. Cela demande beaucoup d’introspection et de réflexion – des capacités que tout le monde n’a pas encore affinées. Si vous êtes confronté à ces processus, un thérapeute ou un conseiller peut vous aider à apprendre à mieux vous comprendre.
  3. Trouvez des habitudes et des comportements sains qui déclenchent les mêmes sentiments et réactions que le jeu. Au début, cela peut sembler difficile, car votre système de dopamine sera câblé pour répondre spécifiquement à l’acte de jeu. Toutefois, avec le temps, vous pourrez le recâbler pour qu’il réagisse à d’autres activités. Naturellement, il sera plus difficile d’arrêter de fumer par vous-même que de s’attaquer au problème avec le soutien et les soins de professionnels dans le cadre d’un plan de traitement de la dépendance au jeu. De nombreuses histoires d’addiction au jeu se terminent par une rechute, il est donc important de savoir comment l’éviter. L’une des causes les plus fréquentes de rechute est l’ennui, il vous faudra donc trouver quelque chose qui vous plaise. Trouvez un nouveau passe-temps, comme la lecture, la construction ou la pratique d’un instrument de musique. Entourez-vous de personnes encourageantes et partageant les mêmes idées et coupez les liens avec d’autres joueurs à problèmes.

Le système de santé canadien et le traitement de la dépendance au jeu

Ne vous sentez pas trop mal si vous ne pouvez pas arrêter de votre propre chef. Vous devez en fait vous sentir bien dans votre peau parce que vous essayez. Heureusement, il existe toute une série de traitements et de programmes destinés aux personnes touchées par la dépendance au jeu.

Groupes d’entraide

Gamblers Anonymes est l’un des programmes de lutte contre la dépendance au jeu les plus efficaces. De nombreux joueurs trouvent utile de discuter de leur dépendance au jeu avec des personnes qui ont le même problème. Le soutien qu’ils reçoivent de la part d’un groupe de compréhension est d’un grand réconfort. Les groupes d’entraide insistent également sur le fait que vous n’êtes pas seul dans votre combat.

Thérapie

Il existe quelques types de thérapie qui peuvent aider à lutter contre la dépendance au jeu. La thérapie comportementale se concentre sur le développement de compétences qui réduisent les symptômes de l’addiction au jeu, tandis que la thérapie cognitive vise essentiellement à remplacer un comportement malsain par un comportement sain. La thérapie familiale est également un moyen efficace d’y faire face.

Médicaments

Les comportements compulsifs tels que le fait de jouer constamment aux machines à sous peuvent être atténués par l’utilisation d’antidépresseurs et d’autres stabilisateurs médicaux de l’humeur. Certains toxicomanes en voie de guérison attribuent aux antagonistes des narcotiques le fait d’avoir changé de vie. Cette voie ne doit être empruntée que sous la supervision d’un médecin qualifié.

Hotlines sur la dépendance au jeu

Souvent, les joueurs à problèmes veulent affronter leur maladie dans l’anonymat le plus complet. C’est là qu’il peut être utile d’appeler une ligne d’assistance téléphonique pour la dépendance au jeu. Ceux-ci peuvent servir de première étape vers la guérison. Ils peuvent également aider ceux qui sont déjà en phase de rétablissement.

Programmes d’aide à la dépendance au jeu

La première étape pour traiter efficacement un problème est d’abord de reconnaître qu’un problème existe. Soyez attentif aux signes et symptômes de la dépendance au jeu. Comme les personnes dépendantes sont souvent dans un état de déni, il faut généralement qu’un membre de la famille ou un ami commence à jouer. Cette personne peut vous inciter à participer à l’un des nombreux programmes de rétablissement de la dépendance au jeu. Vous devriez écouter toute personne qui vous confronte au sujet du temps et de l’argent que vous passez au casino. Si vous vous rendez compte que vous avez besoin d’aide pour vous débarrasser de votre dépendance au jeu, faites un pas dans la bonne direction en contactant l’un des organismes suivants

Agence

Website

Centre de toxicomanie et de santé mentale

https://www.camh.ca/

Gamblers Anonymes

http://www.gamblersanonymous.org/

Conseil canadien de la sécurité

https://canadasafetycouncil.org/

Centres américains de lutte contre les dépendances

https://americanaddictioncenters.org/

Il existe également de nombreuses installations privées autorisées et accréditées au Canada et dans le reste du monde.

Comme nous l’avons mentionné au début, la grande majorité des joueurs en sont responsables. L’équipe de casinovalley.ca encourage le jeu sécuritaire et un mode de vie sain.

Histoires de dépendance au jeu

Avant d’essayer de surmonter votre dépendance au jeu, il peut être utile d’entendre quelques histoires de dépendance au jeu de la part d’autres personnes qui ont fait de même.

La descente de Jim vers le jeu compulsif

Comme beaucoup d'autres joueurs habituels, la première expérience de jeu de Jim a conduit au mystérieux phénomène connu sous le nom de ``chance du débutant``. Après avoir doublé son argent lors de son tout premier pari, il a eu tendance à croire que les chances de gagner étaient en sa faveur.

Quelques semaines plus tard, Jim avait épuisé la plupart de ses économies dans les machines à sous. Il a quand même réussi à payer ses factures et à mettre de la nourriture sur la table pour lui et sa femme, mais le reste de son argent est allé dans le financement.

Comme c'est le cas dans de nombreuses histoires d'addiction au jeu, ce n'est qu'après que sa femme l'ait menacé de divorce qu'il a commencé à prendre son problème au sérieux. Grâce à un programme complet de traitement de la dépendance au jeu, Jim a pu reconnaître sa dépendance pour ce qu'elle était. Aujourd'hui, il vit heureux avec sa femme - et a réussi à reconstituer son compte d'épargne.

Thomas se rétablit avec l'aide de ses amis et de sa famille

Thomas a vécu une expérience tout à fait différente. Espérant cacher les signes d'une dépendance au jeu, Thomas a commencé à s'isoler de ses amis et de sa famille. Il sortait le week-end, disant à sa famille qu'il allait au bar avec ses amis. En même temps, il disait à ses amis qu'il passait du temps avec sa famille. En réalité, il était au casino.

Il a commencé à perdre ses amis et sa relation avec sa famille a commencé à se détériorer. Ce n'est que lorsqu'il a reconnu les dommages qu'il causait à sa vie personnelle et le mal qu'il faisait à ses amis et à sa famille qu'il a pris conscience de la gravité de son problème.

Thomas se rétablit avec l'aide de ses amis et de sa famille
En faisant le point et en s'ouvrant sur sa dépendance, ses amis et sa famille ont pu lui offrir le soutien dont il avait besoin. Depuis qu'il a reconstruit ses relations, il a reconnu qu'on ne peut pas mettre un prix financier sur l'importance des amitiés et des relations familiales.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, le jeu peut créer une forte dépendance, le problème doit être traité comme tel. Si vous ou une personne qui vous est chère êtes aux prises avec ce problème, vous devez chercher de l'aide ou un traitement pour votre dépendance au jeu dès que possible.

We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website.